Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ce qu’il fallait retenir du CSE Central du mois de juin !

Jeudi 23 juin 2022 se tenait un CSE Central au cours duquel la Direction a consulté les élus à propos des 3 sujets suivants :

  • La situation économique et financière
  • La politique sociale (bilan social et égalité professionnelle)
  • La formation

Les élus devaient rendre un avis motivé sur ces 3 sujets. Retrouvez ci-dessous le résumé des 3 avis rendus par la CFE-CGC.

Des informations plus précises seront diffusées par newsletter aux collaborateurs abonnés à la page LinkedIn CFE-CGC CMA CGM. Pour vous abonner, suivez ce lien. C’est sans risque et la Direction ne peut pas le savoir. 😀

 

  • La politique sociale de l’entreprise

L’enchaînement rapide des commissions et du Central, ainsi que la dégradation de certains indicateurs, nous a conduit à demander un report de cette consultation. Nous sommes donc à nouveau convoqués le vendredi 08 juillet.

Dès cette semaine nous avons sollicité l’expert du CSE Central pour creuser ces points et soumettre un avis argumenté à la Direction et tenter d’influer sur la politique RH.

 

  • Situation économique et financière

Nous avons salué les résultats financiers et la stratégie de diversification du Groupe, tout en demandant une meilleure redistribution, un meilleur partage de la valeur, basé sur la qualité du travail et l’engagement des collaborateurs.

Sur ce point très précis, l’un de nos combats est la réouverture de l’accord de l’intéressement pour que le plafond de redistribution atteigne 100% du seuil légal (20% de la masse salariale).

Lors de la précédente négociation, nous avions réussi, après moult efforts, à relever ce plafond de 30% à 60% du seuil légal.

 

  • La formation

La CFE CGC est l’une des deux organisations syndicales à représenter à la fois les sédentaires et les navigants. Cela nous permet d’avoir une vision globale de la stratégie d’entreprise et de ses impacts sur l’ensemble des collaborateurs.

Ainsi, nous avons distingué la formation des sédentaires et des navigants.

Pour les sédentaires, nous avons salué la professionnalisation du service formation avec l’obtention du label QUALIOPI, ainsi que l’augmentation du budget alloué aux formations en présentiel. Mais avons rappelé l’absence de parcours de formation pour certaines divisions du Groupe ou liées aux transformations de nos métiers, ainsi qu’un taux d’accès à la formation fluctuant en fonction des établissements et bien en-deçà de l’objectif de la Direction.

Pour les navigants, deux problèmes persistent :

  • L’accès aux e-learning est compliqué, via un logiciel de formation peu performant ;
  • La limitation aux seules formations obligatoires (1% des formations suivies étaient des formations facultatives)